« To be or not to be multitâches…voilà la question. »

Etre « multitâche » a longtemps été considéré comme une qualité, voir un atout indispensable dans nos sociétés modernes. Le fait de pouvoir gérer plusieurs tâches en même temps et donc de pouvoir résoudre plusieurs problèmes à la fois nous donne l’illusion d’une redoutable efficacité, nous valorise et nous fait nous sentir important.

Nous les femmes, avons été les premières à nous en vanter : « oui, Monsieur, je peux faire 2 choses en même temps, je suis une femme MOI. « Tandis que les hommes eux, avaient une excuse toute trouvée pour se justifier face à nos reproches : « que veux-tu je ne suis qu’un Homme, je ne fais qu’une seule chose à la fois, MOI ».

Et bien voilà un motif à la guerre des sexes qui n’a plus lieu d’être… Depuis quelques années, les chercheurs du monde entier semblent avoir redoublé d’efforts pour démontrer que le « multitasking » est un leurre.

Sans prétendre être exhaustifs, nous citerons par exemple l’étude conduite à l’université de l’Utah par le docteur J. Watson démontrant que seuls 2.5% des sujets étudiés sont réellement multitâches.

Une autre étude de l’université de Standford, assène un nouveau coup aux prétendus superhéros multitâches, démontrant que ces derniers auraient une capacité d’attention beaucoup plus faible que ceux qui se contentent de faire une chose à la fois.

Alertées par une possible menace d’inefficacité qui pourrait peser sur leurs collaborateurs, de grande multinationales ont mené leurs propres investigations. Résultat sans appel : IBM et Microsoft ont calculé qu’un salarié moyen perd environ 2,1 heures par jour à cause des distractions causées par le multitâches. Toyota a immédiatement riposté par des mesures draconiennes : interdiction des téléphones portables et messageries consultées qu’une fois un projet terminée.

La pression est encore montée d’un cran lorsque le Dr Glenn Wilson de l’Université de Londres a démontré que nous perdons 10 points de QI lorsque nous essayons de faire plusieurs choses en même temps, soit la même baisse occasionnée par une nuit sans sommeil … et 2 fois plus que les effets du cannabis (l’étude ne dit pas ce qui arrive si on cumule les 3 :-)). 

Ainsi, peu à peu, ce qui était, il n’y a pas si longtemps, perçu comme un don, un talent, une compétence indispensable, devient tout à coup un défaut, une mauvaise habitude à gommer, une fâcheuse tendance à se disperser, une incapacité maladive à résister aux sollicitations externes.

Et voilà le débat qui dérive vers un jugement de valeur. Qu’on se le dise, les « multitâches » ne sont ni des génies, ni des paresseux, ils sont juste rares. Et même s’ils représentent une infime partie de la population, ils existent. Certains chercheurs émettent d’ailleurs l’hypothèse qu’à force de traiter de multitudes sources d’informations en même temps, la  neuroplasticité du cerveau  pourrait peu à peu augmenter.

La vraie question à se poser est donc de savoir dans quel groupe vous vous trouvez pour adapter votre méthode de travail en fonction de votre profil. Car le plus inquiétant de tous ces résultats est sans doute celui de l’étude publiée dans la revue PlosOnes en janvier 2013 et qui montre que ce sont ceux qui s’imaginent être excellents pour faire plusieurs choses en même temps qui le sont le moins.

L’urgence est donc à l’auto-analyse. Je vous propose, par exemple, d’essayer la méthode « pomodoro » durant quelques semaines et si vous vous sentez soudainement, presque magiquement, plus concentré, plus précis, plus serein, plus efficace, c’est que vous faites partie des 97.5% de personnes monotâches. Le défi sera alors de réapprendre à mettre le focus sur une seule activité à la fois, de prioriser vos tâches, de savoir gérer les multiples sources de distractions (mails, sms, téléphones, etc…).

Si vous faites partie des exceptions, vous pouvez continuer à multitâcher sans oublier tout de même de garder un certain focus sur vos priorités. Comme le dit l’adage :  qui trop embrasse, mal étreint.MUltitasking

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :